Simulation du prêt à taux 0

Simulez simplement le montant du prêt à taux zéro auquel vous avez droit. En complétant le formulaire si dessous, vous recevrez dans les meilleurs délais le montant du prêt à taux zéro.

Your browser does not support iframes.

 

« Faire de la France un pays de propriétaires » est un slogan qui frappe fort. Le nouveau PTZ, PTZ Plus ou PTZ 2011, se veut universel avec la suppression des conditions de ressources (bien que toujours réservé aux primo accédants)  et généreux, en relevant  les plafonds d’opérations financées. Avec pas moins de 160 combinaisons possibles en fonction des revenus et de la composition du foyer, de la zone géographique ou du statut énergétique du logement, Le nouveau PTZ est très complexe. Ce qui fait que son universalité et sa générosité n’atteindront quand même pas tout le monde de la même façon, et que certains subiront certainement des effets contraires. Les avis sont en effet partagés sur cette nouvelle formule. Tandis que certains trouvent le nouveau dispositif plus « égalitaire », d’autres doutent de sa capacité à aider les futurs acquéreurs surtout dans les zones où le marché immobilier est le plus tendu, notamment dans la Zone A.

Certes, le PTZ Plus va profiter, d’abord, aux ménages modestes qui investissent en Ile-de-France, où la cherté des prix va amener les plafonds à quadrupler. Par exemple, un couple qui achète un BBC (bâtiment basse consommation) neuf bénéficiera d’environ 11 829 euros d’aide supplémentaire. Ensuite, le fait que le PTZ est considéré par les banques comme un apport personnel va permettre à beaucoup d’emprunteurs d’effectuer un financement qui aurait autrement été impossible. Pour ces familles modestes, la durée du prêt qui peut atteindre jusqu’à 30 ans, selon le revenu et la composition du foyer, représente aussi un grand avantage.  Le revenu un peu plus élevé de la classe moyenne, par contre,  les force à rembourser le prêt en seulement cinq ans. « Au-delà de deux smic, assez vite, il n’y a pas d’avantages à faire du PTZ », souligne Alain Dinin, le PDG du promoteur immobilier Nexity.

D’autre part, la suppression du crédit d’impôt aura des effets négatifs pour une bonne part des acheteurs potentiels. Les ménages propriétaires n’ont pas droit au PTZ Plus et se voient privés de crédit d’impôt. Par exemple, un couple perd 21 000 euros à l’achat d’un logement neuf de type BBC. Même primo accédants, les ménages aux revenus trop élevés vont accuser un important manque à gagner avec la perte du crédit d’impôt, selon un cas étudié par Empruntis. Aussi, les ménages acquéreurs dans les villes de moins de 50 000 habitants se voient lésés à cause des nouveaux niveaux de financement moins généreux qu’ailleurs. Avec la suppression du crédit d’impôt ils sont mêmes perdants. Enfin, ceux désirant acheter dans l’ancien non BBC ne bénéficieront que de 10% au lieu des 20% applicables pour les autres. Ils ne pourront pas profiter du meilleur taux pour la rénovation. Le ministère explique qu’« il était techniquement impossible de lier l’obtention du PTZ+ aux travaux, dont il aurait fallu vérifier la réalisation et l’efficacité ». La rénovation restera donc au bon vouloir des propriétaires et se répercutera sur les prix.

Les professionnels du crédit ne cachent pas leurs doutes concernant le PTZ Plus. Mais il faudra attendre avant de se prononcer sur son réel intérêt. Certaines modalités d’application du dispositif sont encore débattues actuellement. Beaucoup de questions plallent également quant au maintient du pret a taux zero avec Hollande !